I. Potentialités

  • La R.D.Congo constitue un vaste marché solvable pour les entreprises de télécommunication information et communication ;
  • La Liberté d’entrée dans le secteur pour les nouveaux investisseurs ;
  • La part de marché disponible pour les nouveaux entrants ;
  • Le climat des affaires de plus en plus attractif et compétitif pour le secteur privé.
  • Le taux de croissance économique soutenu, soit 9% ;
  • Une main d’œuvre qualifiée parmi les ingénieurs et techniciens en télécommunication, etc.

II. Réalisations

  • La libéralisation du secteur de TIC aux partenaires privés dans le cadre des réformes économiques initiées par les autorités du pays, a permis celui-ci de se classer parmi les secteurs porteurs de l’économie congolaise. L’évolution de sa production en témoigne et se présente comme suit :

III. Vision du Gouvernement

  • Construction des infrastructures nationales moderne de la télécommunication (téléphone mobile et internet à haut débit) ;
  • Développement des centres internet dans tous les coins et recoins du pays ;
  • Développement des applications de Nouvelles Technologies de l’Information et Communication dans les Universités, Instituts supérieures ainsi que dans les écoles primaires et secondaires ;
  • Développement des NTIC dans la promotion de l’agriculture ;
  • Implantation des mécanismes de gestion des points d’échanges Internet, c’est-à-dire des centres d’interconnexion des réseaux déployés par les fournisseurs Internet ;
  • Fourniture des services Internet standard : navigation sur Internet, la messagerie électronique, le transfert des fichiers, la communication interpersonnelle, etc. ;
  • Développement et implantation des applications de la technologie de pointe telles la vidéoconférence, la télémédecine, la télé enseignement, voire l’université virtuelle, l’aménagement du territoire, la prospection minière, forestière et pétrolière, etc.
  • Construire une infrastructure nationale moderne de télécommunication (téléphonie mobile et internet à haut débit) par le biais d’un partenariat public-privé ;
  • Améliorer le taux d’accessibilité aux services de télécommunication et de nouvelles technologies ;
  • Renforcer la libéralisation et la compétitivité du secteur pour attirer les investissements privés.

Les objectifs spécifiques sont les suivants :

  • Porter, d’ici 2016, la télé-densité à 40 lignes de téléphone fixe ou mobile pour 100 habitants ;
  • Poser, d’ici 2016, 5000 Km de câble de fibre optique sur l’étendue du territoire national (réseau national de fibre optique ou back bone) ;
  • Connecter, d’ici 2016, environ 30 millions de lignes fixes et mobiles (réseau métropolitain) ;
  • Informatiser l’administration publique et les services spécialisés de l’Etat, ainsi que les postes frontaliers.

Pour réaliser ces objectifs, il est prévu de :

  • Améliorer la gouvernance et la concurrence dans le secteur, par l’assainissement du spectre des fréquences ;
  • Mettre à jour le cadre légal et réglementaire des télécommunications et de renforcer les capacités de l’Autorité de Régulation (ARPTC) ;
  • Accroitre le taux d’investissements public dans le secteur et favoriser les partenaires public/privé ;
  • Finaliser les travaux de construction de la station d’atterrage d Moanda en vue d’assurer la connexion du réseau de transmission par câble à fibre optique avec le câble sous-marin du consortium WACS ;
  • Assurer l’exploitation commerciale de la première phase du BACK Bone national entre Moanda et Kinshasa ;
  • Poursuivre la construction du Back Bone entre Kinshasa et Kasumbalesa ;
  • Finaliser le passage de la télévision analogique à la télévision numérique (TNT) ;
  • Restructurer les opérateurs publics RENATELSAT et SCPT.

Tableau : Répertoire de quelques opérateurs de TIC en R.D.C

 

Téléphonie mobile et fixe

Internet, Data et Autres

AIRTEL RDC

CIELUX

VODACOM RDC

HUAWEI RDC

TIGO RDC

TECHNOLOGIES

ORANGE RDC

IBURST RDC

AFRICELL RDC

INFRACO

STANDARD TELECOMS

M. INTERCOM

 

MICROCOM

 

TECH MAHINDRA

IV. Données du Marché

  • L’absence des barrières d’entrées pour les nouveaux investisseurs ;
  • Le prix sont librement fixés par les opérateurs à conditions qu’ils soient orientés vers les coûts réels encourus ;
  • L’offre des services et tarifs est encadré par l’organe de régulation par la régulation des tarifs d’interconnexion de gros ;
  • Grande part du marché disponible aussi bien pour la téléphonie mobile que pour l’internet en faveur de nouveaux investisseurs ;
  • Population active : plus de 70 millions ;
  • Parc d’abonnés à la téléphonie mobile : 28.231.900 abonnés ;
  • Taux de couverture nationale : 20% ;
  • Taux de pénétration moyenne téléphonie mobile : plus de 45% ;
  • Taux de pénétration Internet et Data : 2.6% ;
  • ARPU (Average Revenu Per User) en $USD : 3.44$/mois ;
  • Tarifs de communications téléphonique locale/minute : 0.10$/minute (prix plancher défini par l’ARPTC) ;
  • Tarifs Internet ; 100$/mois pour 10Gigat octets.

V. Cadre légal

En RDC, le secteur de télécommunications est régi par les textes juridiques ci-après :

  • la Loi-cadre n°013/2002 du 16 octobre 2002 sur les télécommunications en RDC : cette loi prévoit deux structures pour gérer le secteur de TIC, à savoir : le Ministère des Postes et Télécommunications ainsi que de l’Autorité de Régulation ;
  • la Loi n°014/2002 du 16 octobre 2002 portant création de l’Autorité de Régulation de la Poste et de télécommunications du Congo « ARPTC » ;
  • ledit secteur est par ailleurs constitué de plusieurs conventions et autres instruments que la RDC a signé, notamment : la convention de l’UIT, la convention Malouga - Torremolinos (1973), la convention de l’Union Africaine des Postes, etc.